Les émotions en ville

Les émotions en ville
Subjectivité et environnement urbain au Moyen Âge et à la Renaissance

dir. Élisabeth Gaucher-Rémond, Pr. Littérature française du Moyen Âge, Nantes Université

Si les études prosopographiques ont jusqu’alors permis de reconstituer les pratiques qui conditionnent l’occupation de l’espace urbain au Moyen Âge et à la Renaissance, il reste encore beaucoup à faire pour cerner le rôle qu’ont pu jouer ces villes dans l’individuation : «La forme d’une ville change plus vite, on le sait, que le cœur d’un mortel. Mais (…) il arrive aussi, il arrive plus d’une fois que, ce cœur, elle l’ait changé à sa manière, rien qu’en le soumettant tout neuf encore à son climat et à son paysage, en imposant à ses perspectives intimes comme à ses songeries le canevas de ses rues, de ses boulevards et de ses parcs » (Julien Gracq, La forme d’une ville, Paris, José Corti, 1985, p.1)
Ce projet de publication vise à montrer l’influence que la ville exerce sur l’individu, sa subjectivité, et les émotions qu’elle génère. En s’appropriant l’espace, en lui imprimant sa marque, en le configurant selon ses choix, l’individu est acteur de la ville ; inversement, l’espace urbain exerce une action déterminante sur la construction identitaire, sur les façons d’être et de penser : la ville est le théâtre des passions. Au Moyen Âge et à la Renaissance, périodes de forte urbanisation et d’expansion humaniste, marquées par le cosmopolitisme issu d’une mobilité croissante, et parfois par la coexistence inter-confessionnelle, les grands centres urbains s’offrent comme des carrefours où la sensibilité individuelle doit composer avec l’altérité. Espace convoité, regretté, abhorré, critiqué, redouté (pour son insécurité en temps de paix comme de guerre), la ville alimente un discours émotionnel varié: amour et nostalgie, honte ou fierté, sainte humilité ou sentiment d’exclusion, haines et rivalités, joies et peurs…
À chaque ville, son profil : une cartographie établie à l’échelle européenne selon un axe Nord-Sud (la France et ses voisins frontaliers, Espagne, Italie, Allemagne, Pays-Bas) et circonscrite par un cadre chronologique allant du XIIIe au XVIe siècle, sélectionnera un échantillon de villes en fonction de la classe dominante qui leur a imposé une identité (bourgeoise, intellectuelle, etc). Mais l’étude socio-spatialisée, loin de se limiter aux élites, étendra son champ d’investigation aux autres « états » qui, à un niveau plus modeste, évoluent dans l’environnement urbain. Dans tous les cas, l’éclairage sera focalisé sur la représentation des affects qui accompagnent le rapport du sujet à la ville.
En partant du concept de « communauté émotionnelle » élaboré par l’historienne médiéviste Barbara H. Rosenwein__1__ , il s’agira d’éclairer comment, dans la cohabitation des groupes urbains (familles, voisins, corporations de métier, institutions administratives, universitaires, religieuses, etc), l’individu analyse et exprime des émotions relevant à la fois d’une identité plurielle et d’un attachement à ses intérêts personnels. Le présent projet s’apparente à la topo-analyse, qui étudie les mécanismes d’adhésion ou de rejet entre l’individu et son environnement et repose sur un postulat fondamental : le lieu fait ce que je suis. Il repose aussi sur la méthode d’une notion apparue au XXe siècle, l’autosociobiographie, par l’attention portée à l’articulation entre « le récit d’un devenir individuel » et les « conditions sociologiques de l’existence du narrateur__2__ » .
Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement du colloque sur la « littérature urbaine__3__ » , dont il étendra la perspective aux sources historiques (livres de comptes, mémoires etc), en focalisant l’éclairage sur le discours des émotions. On privilégiera les témoignages rédigés à la première personne, qui s’apparentent à l’autobiographie, sans s’interdire d’explorer d’autres formes d’écriture subjective, afin de montrer comment la ville, matrice d’un parcours individuel, a suscité des registres de sensibilité spécifiques et une nouvelle forme d’affirmation de soi, sous le regard de l’autre.
Les propositions de textes seront à adressées à l’automne 2023. Leur rédaction définitive est à prévoir, pour transmission à l’éditeur, à l’automne 2024. La date publication envisagée se situe fin 2025 – début 2026.
Afin de préparer ensemble cet ouvrage, les contributeurs seront invités à une concertation qui se déroulera en visio-conférence, durant le mois de juin 2022, à la date qui aura été choisie collectivement.

Contact : elisabeth.gaucher@univ-nantes.fr

  1. Barbara H. Rosenwein, Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca (N.Y.), Cornell U.P., 2006 []
  2. Véronique Montémont, « Autosociobiographie », Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, dir. F. Simonet-Tenant, Paris, Champion, 2017 []
  3. Françoise Laurent, Ludmilla Evdokimova, Littérature urbaine : donnée culturelle médiévale ou concept de l’histoire littéraire ? (colloque de Moscou, Université orthodoxe Saint-Tikhon / Université de Clermont-Auvergne, 6-9 septembre 2021), à paraître, Garnier. []

Medieval and Renaissant Self-Representation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search