Séminaire Figures de soi, reflets du monde, 17 mai 2019

Organisé parles laboratoires de littérature (L’AMo), d’histoire (CRHIA), d’histoire de l’art (LARA) et d’histoire des sciences (Centre François Viète) de l’université de Nantes,  ce séminaire consiste à analyser les outils et stratégies par lesquels l’individu parvient à se représenter ou à se faire représenter dans sa singularité tout en adhérant aux marqueurs d’identités collectives qui le conditionnent (géographiques, idéologiques, institutionnels, familiaux, imaginaires, etc.).

Faisant le choix de ne pas rouvrir les controverses méthodologiques qui affectent la datation ou la définition du concept d’individu, le projet vise, par le décloisonnement chronologique et disciplinaire, à observer, du Moyen Âge à la première modernité, la lente émergence d’une individualité collective qui, par-delà le clivage du particulier et du général, caractérise la présence de l’autre en soi.

Chaque séance permettra d’écouter deux orateurs et s’attachera à multiplier les éclairages autour d’une pratique de représentation où la promotion de l’individu s’opère à l’intérieur d’un réseau de signes collectifs.La réflexion pourra être l’occasion d’évaluer les ressemblances avec le XXIesiècle dans la propension à caractériser l’individu tout en l’agrégeant (pages facebook, réseaux sociaux, mode vestimentaire, mouvements identitaires…). 

 Le séminaire est ouvert à tous et adossé au carnet de recherche medievars.hypotheses.org

Coord. : Élisabeth Gaucher-Rémond (L’AMo), Ambre Vilain (LARA), Jean-Marie Guillouët (Centre François Viète), Yann Lignereux (CRHIA).

Imago URbis

Les sceaux de villes au Moyen Âge

Lorsque, dans la seconde moitié du XIIe siècle, les villes d’Europe septentrionale acquièrent un statut juridique, elles se dotent d’un sceau et doivent choisir une image pour définir leur identité. Parmi
les nombreuses représentations auxquelles les villes ont recours, l’architecture tient une place majeure. Le vocabulaire formel utilisé remonte parfois à l’Antiquité, mais dans certains cas les graveurs sont capables de mettre au point des portraits urbains singuliers répondant efficacement à un programme. Ce dernier met en images des concepts comme l’identité collective, les rapports d’autorité ou même la liberté communale. L’auteur entreprend ici de replacer le sceau de ville dans le contexte de sa création, qu’il soit politique, artistique ou sociologique.

Sigillographe de formation, Ambre Vilain a rejoint le Labex Patrima dans le cadre du projet AdeMat (Analyse et description des matrices de sceaux du Moyen Âge). Elle est actuellement ATER à l’université de Nantes en histoire de l’art médiéval. Elle est aussi l’auteur du catalogue Matrices de sceaux au Moyen Âge, département des monnaies, médailles et antiques (Paris, BNF, 2014).

Amélie Renard

MSH Ange Guépin

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rêver de soi

Rêver de soi. Les songes autobiographiques au Moyen Âge, Anacharsis, 2017

Rêver de soi. Les songes autobiographiques au Moyen Âge, textes réunis, traduits et présentés par Gisèle Besson et Jean-Claude Schmitt, Toulouse, Anacharsis (« Famagouste »), 2017, 473 p.

     Cet ouvrage propose une anthologie de textes composés dans « l’Europe latine médiévale » (p. 9), dans lesquels les auteurs présentent et tentent d’analyser leurs rêves.   Continuer la lecture de Rêver de soi

Dictionnaire de l’autobiographie

Dictionnaire de l’autobiographie, Champion, 2017.

Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, dir. F. Simonet-Tenant, collab. M. Braud, J.-L. Jeannelle, P. Lejeune et V. Montémont, Paris, Champion (« Dictionnaires et références », 44), 2017, 845 p.

     Cet ouvrage propose un bilan synthétique de plusieurs décennies de réflexion en matière d’écriture de soi, dont la naissance serait marquée par la parution du Pacte autobiographique de Philippe Lejeune en 1975, qui participe d’ailleurs à la rédaction de l’ouvrage. Entre la somme et la synthèse, ce dictionnaire cherche à proposer une typologie du genre autobiographique au sens large, c’est-à-dire, comme nous l’indique le titre, des « écritures de soi » dans la littérature francophone, avec l’objectif ambitieux d’en comprendre et d’en définir plus précisément les contours, la nature, les codes, les traditions, ou encore les intentions. Continuer la lecture de Dictionnaire de l’autobiographie

“La Mode au Moyen Âge”, Paris, Tour Jean sans Peur, 11/05/2016 – 15/01/2017

Exposition “La Mode au Moyen-Âge” à la Tour Jean sans Peur.

            Proposant de retracer l’évolution des goûts de la société médiévale en matière de mode, l’exposition s’intéresse plus particulièrement à l’attention de plus en plus prononcée que l’élite aristocratique porte à l’image qu’elle donne à voir d’elle-même. À travers une progression thématique et diachronique, articulée autour de panneaux explicatifs et de reconstitutions de quelques costumes, le parcours offre un large panorama des phénomènes de mode médiévaux. À la manière d’une histoire de la mode, l’exposition fait montre de cohérence et d’une indéniable intention pédagogique, ambitionnant d’effectuer la synthèse des différents aspects de la thématique, dont elle envisage les enjeux esthétiques, sociaux, économiques et symboliques. En suivant ainsi différents « fils », le parcours souligne l’importance du vêtement dans la vie quotidienne du Moyen Âge, et interroge la façon dont l’habit peut définir la place de chacun dans la collectivité, tout en questionnant le rôle qu’occupe la vêture dans la définition de l’identité individuelle. Continuer la lecture de “La Mode au Moyen Âge”, Paris, Tour Jean sans Peur, 11/05/2016 – 15/01/2017

La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Âge

Paru dans les Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, CRMH n°36, 2018, p. 209-330. 

La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Âge

Études réunies par Elisabeth Gaucher-Rémond

 

Élisabeth GAUCHER-RÉMOND, Introduction

Philippe FRIEDEN, L’incarnation de l’auteur dans les manuscrits recueils du Roman de la Rose

Christopher LUCKEN, La maison de Mémoire, le jardin du Savoir et la chambre de Philosophie. Topographie d’un homme de savoir (Richard de Fournival)

Jean-Claude MÜHLETHALER, Jeux de pistes : reflets d’auteurs dans le manuscrit français 19139. Charles d’Orléans, Alain Chartier, Jean de Garencières… et les autres

Olivier DELSAUX, La corpo-réalité de l’homme invisible. La mise en écrit de l’auteur dans les manuscrits auctoriaux de deux traducteurs français du xve siècle (Laurent de Premierfait et Jean Miélot)

Philippe MAUPEU, L’imaginaire corporel du livre à la fin du Moyen Âge. Autographie, actio et ethos : l’exemple de Martin Le Franc

Signature et pouvoir au Moyen Âge

signature_et_pouvoir_au_moyen_ageApparue dans les milieux de l’écrit au XIe siècle, la signature est adoptée par les souverains et les princes de l’Europe occidentale à partir du XIVe siècle. Autographe à l’origine, elle se démultiplie sur les documents au xve siècle, où elle est reproduite par des secrétaires de confiance. À la fois signe de validation et emblème royal, elle livre de précieuses informations sur la représentation du roi et de la royauté, et le rôle de l’écrit dans l’exercice du pouvoir au Moyen Âge. À partir d’un corpus large et inédit, croisant les ressources des grandes institutions patrimoniales et des dépouillements en région, cet ouvrage aborde pour la première fois la signature médiévale sous l’angle de l’histoire, de la diplomatique et de la symbolique.

Continuer la lecture de Signature et pouvoir au Moyen Âge

Amélie Renard

MSH Ange Guépin

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Forms of Individuality and Literacy in the Medieval and Early Modern Periods

brepols
Through case studies of a broad variety of medieval and early modern sources, this volume discusses whether the roots of modern notions of individuality can be found in pre-modern Europe.

‘Individuality’ is one of the central categories of modern society. Can the roots of modern individuality be found in pre-modern times? Or is our way of thinking about ourselves a very recent phenomenon? This book takes a theoretical approach to the problem, derived from Niklas Luhmann’s system theory, in which different forms of individuality are linked to different structures of society in modern and pre-modern times.

The papers in this volume approach this problem by discussing a broad variety of medieval and early modern sources, including charters and seals, letters, and naming-practices in a late medieval town. Self-representation is also considered, in ‘housebooks’ and drawings. Textual studies include autobiography in German Humanism, and concepts of individuality and gender in late medieval literary texts.

Continuer la lecture de Forms of Individuality and Literacy in the Medieval and Early Modern Periods

Amélie Renard

MSH Ange Guépin

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Recueil d’articles en projet : « La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Âge et de la Renaissance »

La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Age et de la Renaissance (études réunies par E. Gaucher-Rémond) :

Il s’agit d’examiner comment certaines œuvres dans leur matérialité (codicologique, iconographique, graphique…) ou leur agencement textuel (recueil, structure, style…) renvoient délibérément à la personne (physique, psychique) de leur auteur, qu’elles visent à représenter in absentia. Métonymique ou symbolique, le rapport du corpus de l’œuvre au sujet qui l’a produite constitue l’une des perspectives permettant d’approcher la notion d’autoportrait médiéval et renaissant.

Nouvelle parution en 2015

Autoportrait et représentation de l’individu, études réunies par Élisabeth Gaucher-Rémond, Le Moyen Âge, t.CXXII, fasc. 1-2016:

Pierre MONNET (CRH/EHESS, Paris – IFHA, Francfort-sur-le-Main) : Préface et bibliographie indicative

Élisabeth GAUCHER-REMOND (Université de Nantes) : De l’introspection à l’exposition de soi au Moyen Âge

Yves GALLET (Université de Bordeaux-Montaigne) : Autoportrait et représentation de soi au Moyen Âge: le cas de Matthieu d’Arras à la cathédrale Saint-Guy de Prague

Laurent HABLOT (Université de Poitiers) : Autoportrait et emblématique princière à la fin du Moyen Âge

Claude JEAY (Archives départementales d’Ille et Vilaine): La signature dans la constellation emblématique des ducs d’Anjou (XIVe-XVe siècles)

Jean GARAPON (Université de Nantes) : L’autoportrait de Marguerite de Valois dans ses Mémoires.