Seminaire medievars “La mort de soi” l’affaire de tous 22 octobre 2021

Virginie GREENE (Harvard University) “Le sujet et la mort” relire La Mort Artu

Dans les années 1990, les travaux de Virginie Greene sur La Mort Artu soulignaient la capacité de ce roman à aborder de front la mort comme fait d’existence, impliquant la relation entre soi et les autres. La relecture qu’elle en propose aujourd’hui ouvre de nouvelles questions sur la mortalité des individus et des communautés vivantes. La notion de sujet y a-t-elle encore sa place ?

Didier JUGAN (GRPM) La Danse macabre entre fiction édifiante et critique du monde

La Danse macabre est un sujet iconographique qui a longtemps gardé ses mystères. Des découvertes récentes montrent les liens que le sujet pictural, représenté sur les murs du charnier des Saints-Innocents à Paris, entretient avec une performance de type théâtral. Au-delà de l’universalité de la mort, la philosophie qui se dégage des dialogues entre le mort et les vifs éclaire sur les vrais enjeux pour l’homme tels qu’ils sont proposés par l’auteur clérical de la Danse macabre à l’aube de l’humanisme chrétien et des réflexions menées autour de la nouvelle doctrine de l’Église, la Devotio moderna.

Rene d’anjou sur instagram

https://vimeo.com/559965025/a7fd8ebe59

Présentation du projet Medievgram 

 L’individu hyperconnecté de notre époque moderne n’est pas le premier à se mettre en scène.  Bien avant la vogue des selfies, l’individu hyper-emblématisé du Moyen Âge réfléchissait déjà à la construction et la diffusion de son image. René d’Anjou, né à Angers en 1409, nous fournit un exemple archétypal de ce phénomène. Duc d’Anjou, mécène, écrivain, roi, tournoyeur…, il se caractérise par sa polymorphie et sa production littéraire elle-même semble avoir « zappé » entre tous les champs d’intérêt de son époque. René incarne la noblesse lettrée de la fin du Moyen Âge, qui fait de l’écriture un « ouvroir » d’expérimentation littéraire et rêve de vivre comme dans un livre.

 

Son chef-d’œuvre, Le Livre du Cœur d’Amour épris, écrit en 1457, nous permet d’assister à la fabrique du personnage. La scène liminaire de ce roman représente un narrateur, double de René, voyant, « moitié […] par fantaisie, moitié dormant en resverie », Amour lui arracher le cœur pour le soumettre à Désir. Le chevalier Cœur, nouveau double fictionnel de René, accompagné de Désir, va alors se lancer à la quête de Douce Merci. Cette fiction, pour allégorique qu’elle soit, repose sur un fort substrat autobiographique. En multipliant ainsi les dédoublements, René construit et donne à voir, au sein de l’espace littéraire, différentes facettes de sa personnalité. L’agencement de l’armorial le pose en homme politique, les pérégrinations du Cœur en amoureux courtois, les combats en tournoyeur, tandis que l’explicit du récit représente le narrateur en train d’écrire le livre que l’on vient de lire !

 

Pour rendre accessible cette figure complexe au public contemporain, un travail interdisciplinaire, mettant en relation littérature, sciences de l’informatique et sciences de la communication, a permis de reconvoquer René en lui créant, de façon volontairement anachronique, un profil numérique inspiré des réseaux sociaux de notre temps. Le Moyen Âge est ainsi projeté dans notre présent. L’outil a été élaboré de façon à favoriser une relation interpersonnelle entre René et le visiteur, à des fins ludiques et pédagogiques.

 

Les contenus du profil sont accompagnés de légendes explicatives, ainsi que de commentaires fictifs, qui sont en réalité des citations d’auteurs ou de chroniqueurs ayant écrit sur René durant les XVe et XVIe siècles. On peut ainsi découvrir la façon dont René a été perçu et comprendre comment sa légende s’est très rapidement forgée. De surcroît, nous proposons des stories, selon le modèle des réseaux sociaux, modules interactifs qui interrogent le visiteur et permettent de le sensibiliser, par exemple, à la langue du XVe siècle. Ces stories viennent donc renforcer l’implication et l’engagement du visiteur.

 

De fait, le profil numérique s’avère intrinsèquement interactif, puisque l’utilisateur est décideur : il clique sur et interagit avec le contenu qui l’interpelle ou le séduit le plus. L’interface ne fait pas de lui un simple spectateur, mais le rend pleinement acteur. Cette réappropriation de la figure de René d’Anjou, et cette interaction avec lui est une manière de diffuser, de vulgariser et de valoriser le patrimoine médiéval.

 

Enfin, la mise en relation du médiéval et du numérique permet d’amorcer et de nourrir une réflexion sur la représentation de soi à travers les âges. Il serait absurde de soutenir que René était un précurseur de l’ère digitale, mais oser un rapprochement permet de poser un autre regard sur les différents media du moi, sur les marqueurs et les discours identitaires. Il s’agit donc de rappeler la façon dont fonctionnent les marqueurs identitaires dans l’espace d’une mise en scène fictionnelle, qu’elle soit littéraire ou numérique. René nous parle de ses fonctions et ambitions politiques, de ses loisirs, de son territoire, de ses amours… tout comme pourrait le faire une personnalité publique aujourd’hui.

 

Ce ne sont donc pas les documents médiévaux qui se mettent au service du numérique, mais bien l’inverse. Preuve en est l’efficacité des hashtags, ces mots qui sont des liens, et qui nous permettent de mieux visualiser les connexions entre les différentes facettes de la figure de René d’Anjou. En naviguant de hashtag en hashtag, nous dressons le portrait, non d’un individu fracturé et incohérent, mais complexe. Aussi, loin de disséminer le moi, le numérique le remembre, au sens moderne du terme (réunifier), mais aussi médiéval (rappeler à la mémoire). 

Projet Master Medievars

Dans le cadre d’un enseignement mutualisé entre les parcours de Master Histoire de l’art et Lettres modernes, les étudiants devaient produire un dossier prenant la forme d’une page Instagram sur un personnage du Moyen Âge. Ci dessous un exemple lié à Hildegarde de Bingen.  

Seminaire Medievars

23 avril 2021  14h-17h

Séance consacrée aux portraits de femmes

Frédérique Le Nan (MCF HDR, Université d’Angers), “Ecritures de soi, voix au féminin et reflets d’un âge d’or occitanien, d’après quelques chansonniers italiens et français des XIIIe et XIVe siècles”.

Laure Bellanger (Masterante, Université de Nantes), “L’héraldique comme outil de représentation de soi : l’exemple des dames bretonnes”. 

Inscriptions :

 https://histoire.univ-nantes.fr/seminaire-medievars 

Séminaire Figures de soi, reflets du monde, 17 mai 2019

Organisé parles laboratoires de littérature (L’AMo), d’histoire (CRHIA), d’histoire de l’art (LARA) et d’histoire des sciences (Centre François Viète) de l’université de Nantes,  ce séminaire consiste à analyser les outils et stratégies par lesquels l’individu parvient à se représenter ou à se faire représenter dans sa singularité tout en adhérant aux marqueurs d’identités collectives qui le conditionnent (géographiques, idéologiques, institutionnels, familiaux, imaginaires, etc.).

Faisant le choix de ne pas rouvrir les controverses méthodologiques qui affectent la datation ou la définition du concept d’individu, le projet vise, par le décloisonnement chronologique et disciplinaire, à observer, du Moyen Âge à la première modernité, la lente émergence d’une individualité collective qui, par-delà le clivage du particulier et du général, caractérise la présence de l’autre en soi.

Chaque séance permettra d’écouter deux orateurs et s’attachera à multiplier les éclairages autour d’une pratique de représentation où la promotion de l’individu s’opère à l’intérieur d’un réseau de signes collectifs.La réflexion pourra être l’occasion d’évaluer les ressemblances avec le XXIesiècle dans la propension à caractériser l’individu tout en l’agrégeant (pages facebook, réseaux sociaux, mode vestimentaire, mouvements identitaires…). 

 Le séminaire est ouvert à tous et adossé au carnet de recherche medievars.hypotheses.org

Coord. : Élisabeth Gaucher-Rémond (L’AMo), Ambre Vilain (LARA), Jean-Marie Guillouët (Centre François Viète), Yann Lignereux (CRHIA).

Imago URbis

Les sceaux de villes au Moyen Âge

Lorsque, dans la seconde moitié du XIIe siècle, les villes d’Europe septentrionale acquièrent un statut juridique, elles se dotent d’un sceau et doivent choisir une image pour définir leur identité. Parmi
les nombreuses représentations auxquelles les villes ont recours, l’architecture tient une place majeure. Le vocabulaire formel utilisé remonte parfois à l’Antiquité, mais dans certains cas les graveurs sont capables de mettre au point des portraits urbains singuliers répondant efficacement à un programme. Ce dernier met en images des concepts comme l’identité collective, les rapports d’autorité ou même la liberté communale. L’auteur entreprend ici de replacer le sceau de ville dans le contexte de sa création, qu’il soit politique, artistique ou sociologique.

Sigillographe de formation, Ambre Vilain a rejoint le Labex Patrima dans le cadre du projet AdeMat (Analyse et description des matrices de sceaux du Moyen Âge). Elle est actuellement ATER à l’université de Nantes en histoire de l’art médiéval. Elle est aussi l’auteur du catalogue Matrices de sceaux au Moyen Âge, département des monnaies, médailles et antiques (Paris, BNF, 2014).

Amélie Renard

MSH Ange Guépin

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search