Archives de catégorie : Publications

Imago URbis

Les sceaux de villes au Moyen Âge

Lorsque, dans la seconde moitié du XIIe siècle, les villes d’Europe septentrionale acquièrent un statut juridique, elles se dotent d’un sceau et doivent choisir une image pour définir leur identité. Parmi
les nombreuses représentations auxquelles les villes ont recours, l’architecture tient une place majeure. Le vocabulaire formel utilisé remonte parfois à l’Antiquité, mais dans certains cas les graveurs sont capables de mettre au point des portraits urbains singuliers répondant efficacement à un programme. Ce dernier met en images des concepts comme l’identité collective, les rapports d’autorité ou même la liberté communale. L’auteur entreprend ici de replacer le sceau de ville dans le contexte de sa création, qu’il soit politique, artistique ou sociologique.

Sigillographe de formation, Ambre Vilain a rejoint le Labex Patrima dans le cadre du projet AdeMat (Analyse et description des matrices de sceaux du Moyen Âge). Elle est actuellement ATER à l’université de Nantes en histoire de l’art médiéval. Elle est aussi l’auteur du catalogue Matrices de sceaux au Moyen Âge, département des monnaies, médailles et antiques (Paris, BNF, 2014).

Amélie Renard

MSH Ange Guépin

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Signature et pouvoir au Moyen Âge

signature_et_pouvoir_au_moyen_ageApparue dans les milieux de l’écrit au XIe siècle, la signature est adoptée par les souverains et les princes de l’Europe occidentale à partir du XIVe siècle. Autographe à l’origine, elle se démultiplie sur les documents au xve siècle, où elle est reproduite par des secrétaires de confiance. À la fois signe de validation et emblème royal, elle livre de précieuses informations sur la représentation du roi et de la royauté, et le rôle de l’écrit dans l’exercice du pouvoir au Moyen Âge. À partir d’un corpus large et inédit, croisant les ressources des grandes institutions patrimoniales et des dépouillements en région, cet ouvrage aborde pour la première fois la signature médiévale sous l’angle de l’histoire, de la diplomatique et de la symbolique.

Continuer la lecture de Signature et pouvoir au Moyen Âge

Amélie Renard

MSH Ange Guépin

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Forms of Individuality and Literacy in the Medieval and Early Modern Periods

brepols
Through case studies of a broad variety of medieval and early modern sources, this volume discusses whether the roots of modern notions of individuality can be found in pre-modern Europe.

‘Individuality’ is one of the central categories of modern society. Can the roots of modern individuality be found in pre-modern times? Or is our way of thinking about ourselves a very recent phenomenon? This book takes a theoretical approach to the problem, derived from Niklas Luhmann’s system theory, in which different forms of individuality are linked to different structures of society in modern and pre-modern times.

The papers in this volume approach this problem by discussing a broad variety of medieval and early modern sources, including charters and seals, letters, and naming-practices in a late medieval town. Self-representation is also considered, in ‘housebooks’ and drawings. Textual studies include autobiography in German Humanism, and concepts of individuality and gender in late medieval literary texts.

Continuer la lecture de Forms of Individuality and Literacy in the Medieval and Early Modern Periods

Amélie Renard

MSH Ange Guépin

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

MEDIEVARS

MEDIEVARS est un programme de recherche interdisciplinaire consacré aux différentes modalités de l’expression et de la représentation de soi, en pleine évolution du XIIIe au XVe siècle, dans la littérature (formes autobiographiques, descriptions littéraires de portraits), l’historiographie, les arts graphiques (peintures, miniatures, dessins, gravures), la sculpture, la statuaire et l’art funéraire (gisants, transis, masques funéraires), l’orfèvrerie, les monnaies, sceaux et médailles, la technique du vitrail et, du côté des marqueurs symboliques de l’individuation, les signatures, l’héraldique, les emblèmes et devises, auxquels on peut ajouter l’onomastique voire, lorsqu’elles témoignent d’une manifestation identitaire, les parures vestimentaires. Toutes ces formes d’exposition sont analysées de par leur fonctionnalité : le sujet y communique, à partir du regard personnel qu’il porte sur lui-même et des modèles socio-culturels auxquels il adhère, sa propre image, qu’elle soit médiatisée ou non par le savoir-faire d’un artiste. MEDIEVARS se fonde sur la mise en synergie des compétences interdisciplinaires pour instaurer un dialogue entre théories et pratiques de l’expression de soi, et ainsi mieux cerner, sous tous ses aspects, la prise de conscience de l’identité individuelle avant le XVIe siècle. Le programme s’attache aussi, dans sa visée syncrétique, à recontextualiser les œuvres sous une perspective européenne, par la prise en compte des importations de modèles et des transferts culturels, notamment sous l’influence de l’humanisme (France, Italie, Espagne, Allemagne, Pays Bas).