Archives de catégorie : Actualités du programme

Séminaire Figures de soi, reflets du monde, 17 mai 2019

Organisé parles laboratoires de littérature (L’AMo), d’histoire (CRHIA), d’histoire de l’art (LARA) et d’histoire des sciences (Centre François Viète) de l’université de Nantes,  ce séminaire consiste à analyser les outils et stratégies par lesquels l’individu parvient à se représenter ou à se faire représenter dans sa singularité tout en adhérant aux marqueurs d’identités collectives qui le conditionnent (géographiques, idéologiques, institutionnels, familiaux, imaginaires, etc.).

Faisant le choix de ne pas rouvrir les controverses méthodologiques qui affectent la datation ou la définition du concept d’individu, le projet vise, par le décloisonnement chronologique et disciplinaire, à observer, du Moyen Âge à la première modernité, la lente émergence d’une individualité collective qui, par-delà le clivage du particulier et du général, caractérise la présence de l’autre en soi.

Chaque séance permettra d’écouter deux orateurs et s’attachera à multiplier les éclairages autour d’une pratique de représentation où la promotion de l’individu s’opère à l’intérieur d’un réseau de signes collectifs.La réflexion pourra être l’occasion d’évaluer les ressemblances avec le XXIesiècle dans la propension à caractériser l’individu tout en l’agrégeant (pages facebook, réseaux sociaux, mode vestimentaire, mouvements identitaires…). 

 Le séminaire est ouvert à tous et adossé au carnet de recherche medievars.hypotheses.org

Coord. : Élisabeth Gaucher-Rémond (L’AMo), Ambre Vilain (LARA), Jean-Marie Guillouët (Centre François Viète), Yann Lignereux (CRHIA).

Dictionnaire de l’autobiographie

Dictionnaire de l’autobiographie, Champion, 2017.

Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, dir. F. Simonet-Tenant, collab. M. Braud, J.-L. Jeannelle, P. Lejeune et V. Montémont, Paris, Champion (« Dictionnaires et références », 44), 2017, 845 p.

     Cet ouvrage propose un bilan synthétique de plusieurs décennies de réflexion en matière d’écriture de soi, dont la naissance serait marquée par la parution du Pacte autobiographique de Philippe Lejeune en 1975, qui participe d’ailleurs à la rédaction de l’ouvrage. Entre la somme et la synthèse, ce dictionnaire cherche à proposer une typologie du genre autobiographique au sens large, c’est-à-dire, comme nous l’indique le titre, des « écritures de soi » dans la littérature francophone, avec l’objectif ambitieux d’en comprendre et d’en définir plus précisément les contours, la nature, les codes, les traditions, ou encore les intentions. Continuer la lecture de Dictionnaire de l’autobiographie

La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Âge

Paru dans les Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, CRMH n°36, 2018, p. 209-330. 

La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Âge

Études réunies par Elisabeth Gaucher-Rémond

 

Élisabeth GAUCHER-RÉMOND, Introduction

Philippe FRIEDEN, L’incarnation de l’auteur dans les manuscrits recueils du Roman de la Rose

Christopher LUCKEN, La maison de Mémoire, le jardin du Savoir et la chambre de Philosophie. Topographie d’un homme de savoir (Richard de Fournival)

Jean-Claude MÜHLETHALER, Jeux de pistes : reflets d’auteurs dans le manuscrit français 19139. Charles d’Orléans, Alain Chartier, Jean de Garencières… et les autres

Olivier DELSAUX, La corpo-réalité de l’homme invisible. La mise en écrit de l’auteur dans les manuscrits auctoriaux de deux traducteurs français du xve siècle (Laurent de Premierfait et Jean Miélot)

Philippe MAUPEU, L’imaginaire corporel du livre à la fin du Moyen Âge. Autographie, actio et ethos : l’exemple de Martin Le Franc

Recueil d’articles en projet : « La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Âge et de la Renaissance »

La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Age et de la Renaissance (études réunies par E. Gaucher-Rémond) :

Il s’agit d’examiner comment certaines œuvres dans leur matérialité (codicologique, iconographique, graphique…) ou leur agencement textuel (recueil, structure, style…) renvoient délibérément à la personne (physique, psychique) de leur auteur, qu’elles visent à représenter in absentia. Métonymique ou symbolique, le rapport du corpus de l’œuvre au sujet qui l’a produite constitue l’une des perspectives permettant d’approcher la notion d’autoportrait médiéval et renaissant.

Nouvelle parution en 2015

Autoportrait et représentation de l’individu, études réunies par Élisabeth Gaucher-Rémond, Le Moyen Âge, t.CXXII, fasc. 1-2016:

Pierre MONNET (CRH/EHESS, Paris – IFHA, Francfort-sur-le-Main) : Préface et bibliographie indicative

Élisabeth GAUCHER-REMOND (Université de Nantes) : De l’introspection à l’exposition de soi au Moyen Âge

Yves GALLET (Université de Bordeaux-Montaigne) : Autoportrait et représentation de soi au Moyen Âge: le cas de Matthieu d’Arras à la cathédrale Saint-Guy de Prague

Laurent HABLOT (Université de Poitiers) : Autoportrait et emblématique princière à la fin du Moyen Âge

Claude JEAY (Archives départementales d’Ille et Vilaine): La signature dans la constellation emblématique des ducs d’Anjou (XIVe-XVe siècles)

Jean GARAPON (Université de Nantes) : L’autoportrait de Marguerite de Valois dans ses Mémoires.