Dictionnaire de l’autobiographie

Dictionnaire de l’autobiographie, Champion, 2017.

Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, dir. F. Simonet-Tenant, collab. M. Braud, J.-L. Jeannelle, P. Lejeune et V. Montémont, Paris, Champion (« Dictionnaires et références », 44), 2017, 845 p.

     Cet ouvrage propose un bilan synthétique de plusieurs décennies de réflexion en matière d’écriture de soi, dont la naissance serait marquée par la parution du Pacte autobiographique de Philippe Lejeune en 1975, qui participe d’ailleurs à la rédaction de l’ouvrage. Entre la somme et la synthèse, ce dictionnaire cherche à proposer une typologie du genre autobiographique au sens large, c’est-à-dire, comme nous l’indique le titre, des « écritures de soi » dans la littérature francophone, avec l’objectif ambitieux d’en comprendre et d’en définir plus précisément les contours, la nature, les codes, les traditions, ou encore les intentions.

     Aujourd’hui, l’autofiction est devenue l’une des modalités les plus répandues de l’écriture de soi, mais ce que l’on pourrait nommer comme les autres « sous-genres » de l’autobiographie sont abordés avec autant d’importance dans cet ouvrage, notamment lorsqu’il s’agit de définir les différents enjeux de chaque type d’écriture de soi, et leur rapport à la fiction et à la littérature en général. Car l’écriture de soi regroupe des pratiques d’écriture très différentes, dont la popularité varie aussi bien en fonction des auteurs que des époques. Des Pensées de Montaigne aux romans de Pérec, en passant par les lettres de Madame de Sévigné, les Confessions de Rousseau, et les Mémoires de Chateaubriand, les formes, les enjeux de l’écriture de soi et surtout la part de fiction varient indéfiniment.

     Prenant pour modèle l’Encyclopedia of Life Writing (dir. M. Jolly, Chicago, Fitzroy Dearborn, 2001, 1140 p.) qui s’intéresse aux formes d’écriture de soi dans le monde entier, le Dictionnaire de Françoise Simonet-Tenant se limite, comme on l’a vu, à l’espace francophone, aussi bien dans l’hexagone qu’à l’international (voir par exemple les entrées « Belgique », « Suisse », « Afrique », « Antilles », « Moyen-Orient », etc.). Dans cette tentative de bilan des pratiques et notions de l’écriture de soi dans l’espace culturel plus ou moins précis de la langue française, la grande majorité des entrées est consacrée à des auteurs. Cet ouvrage a cependant le mérite de ne pas faire l’économie des entrées par notions et termes critiques qui permettent de comprendre et définir ce champ littéraire (« Pacte autobiographique », « Vérité », « Authenticité », « Intime », « Quotidien », etc.). Par ailleurs, on trouve également des entrées plus historiques (« Guerres coloniales », « France, 1914-1918 », « Camps », « Mai 68 », etc.), des motifs récurrents (« Anorexie », « Féminisme », « Guerre », « Vieillesse », etc.), ou encore des pratiques aux marges de celle de l’écriture de soi (« Cinéma », « Education », « Lecture », « Photographie », etc.). Ce mélange d’approche historique et critique permet alors d’élargir l’intérêt de cet ouvrage aux débats contemporains sur les notions clés de l’écriture de soi : loin d’être clos, ce champ de réflexion se révèle ouvert à la continuation. Par ailleurs, l’approche chronologique d’un grand nombre d’articles et l’objectif de synthèse de cet ouvrage permettent de rendre compte des grandes théories et des mouvements majeurs du phénomène de l’écriture de soi tout en évitant de se perdre dans les infinies variations des théories de la représentation du moi.

     Pour le lecteur médiéviste, il sera certes plus compliqué de trouver de quoi se sustenter, compte tenu de l’absence de codification du genre autobiographique au Moyen Âge. Si Philippe de Commynes, Joinville et Christine de Pizan se voient respectivement consacrer un article, Abélard, Guillaume de Machaut et Charles d’Orléans ne sont cités qu’une seule fois au détour d’une entrée qui ne leur est pas spécifique. Rutebeuf, Huon de Méry ou encore François Villon – par exemple – sont totalement absents, alors qu’il semble possible de les inscrire dans cette pratique des « écritures de soi ». Par ailleurs, on trouve peu de références ou d’analyses portant sur la période médiévale et les profondes mutations des mentalités qui y ont eu lieu, alors que la quasi-totalité des autres périodes historiques y ont droit à un article (« Antiquité », « France, XVIIe siècle » jusqu’à « France, 1975-2015 », etc.). Il faudra tirer profit des courtes références proposées dans les trois articles consacrés à des auteurs médiévaux, et dans des entrées plus générales telles que « Catholicisme », « Chroniqueurs » ou encore « Hagiographie ».

     L’écriture de soi est-elle un genre que l’on peut définir grâce à des caractéristiques génériques traditionnelles ou bien est-ce, plus largement, une sorte d’intention ? Telle est la question qui semble parcourir cet ouvrage. Bien évidemment, la réponse est infiniment plus complexe que la question, et il ne s’agit pas ici de prétendre à livrer l’ensemble des réponses, ni à clore une recherche toujours en débat. En témoigne la récente publication de l’ouvrage Le « Pacte » de Philippe Lejeune, ou l’autobiographie en théorie de Carole Allamand (Champion, « Textes critiques français », 2018). Cependant, le large tour d’horizon, à la fois temporel, géographique et théorique permis par le Dictionnaire de l’autobiographie permettra au novice de se constituer une solide connaissance de base du domaine, et aux lecteurs plus experts de s’offrir à la fois la synthèse de ce large champ de réflexion et le memorandum des théories de l’écriture de soi.

Cédric Bézannier

Université de Nantes