Tous les articles par Elisabeth Gaucher-Rémond

Recueil d’articles en projet

La corpo-réalité dans les œuvres littéraires du Moyen Age et de la Renaissance ( études réunies par E. Gaucher-Rémond):
Il s’agit d’examiner comment certaines œuvres dans leur matérialité (codicologique, iconographique, graphique…) ou leur agencement textuel (recueil, structure, style…) renvoient délibérément à la personne (physique, psychique) de leur auteur, qu’elles visent à représenter in absentia. Métonymique ou symbolique, le rapport du corpus de l’œuvre au sujet qui l’a produite constitue l’une des perspectives permettant d’approcher la notion d’autoportrait médiéval et renaissant.

Vient de paraître

Autoportrait et représentation de l’individu, études réunies par Élisabeth Gaucher-Rémond, Le Moyen Âge, t.CXXII, fasc. 1-2016:

Pierre MONNET (CRH/EHESS, Paris – IFHA, Francfort-sur-le-Main) : Préface et bibliographie indicative

Élisabeth GAUCHER-REMOND (Université de Nantes) : De l’introspection à l’exposition de soi au Moyen Âge

Yves GALLET (Université de Bordeaux-Montaigne) : Autoportrait et représentation de soi au Moyen Âge: le cas de Matthieu d’Arras à la cathédrale Saint-Guy de Prague

Laurent HABLOT (Université de Poitiers) : Autoportrait et emblématique princière à la fin du Moyen Âge

Claude JEAY (Archives départementales d’Ille et Vilaine): La signature dans la constellation emblématique des ducs d’Anjou (XIVe-XVe siècles)

Jean GARAPON (Université de Nantes) : L’autoportrait de Marguerite de Valois dans ses Mémoires.

MEDIEVARS

MEDIEVARS est un programme de recherche interdisciplinaire consacré aux différentes modalités de l’expression et de la représentation de soi, en pleine évolution du XIIIe au XVe siècle, dans la littérature (formes autobiographiques, descriptions littéraires de portraits), l’historiographie, les arts graphiques (peintures, miniatures, dessins, gravures), la sculpture, la statuaire et l’art funéraire (gisants, transis, masques funéraires), l’orfèvrerie, les monnaies, sceaux et médailles, la technique du vitrail et, du côté des marqueurs symboliques de l’individuation, les signatures, l’héraldique, les emblèmes et devises, auxquels on peut ajouter l’onomastique voire, lorsqu’elles témoignent d’une manifestation identitaire, les parures vestimentaires. Toutes ces formes d’exposition sont analysées de par leur fonctionnalité : le sujet y communique, à partir du regard personnel qu’il porte sur lui-même et des modèles socio-culturels auxquels il adhère, sa propre image, qu’elle soit médiatisée ou non par le savoir-faire d’un artiste. MEDIEVARS se fonde sur la mise en synergie des compétences interdisciplinaires pour instaurer un dialogue entre théories et pratiques de l’expression de soi, et ainsi mieux cerner, sous tous ses aspects, la prise de conscience de l’identité individuelle avant le XVIe siècle. Le programme s’attache aussi, dans sa visée syncrétique, à recontextualiser les œuvres sous une perspective européenne, par la prise en compte des importations de modèles et des transferts culturels, notamment sous l’influence de l’humanisme (France, Italie, Espagne, Allemagne, Pays Bas).